fbpx

Arthrose au genou : 3 erreurs à ne pas faire absolument!

arthrose au genou

 

S’il y a UN sujet sur lequel j’avais hâte d’écrire sur ce blogue, c’est bien l’arthrose! Ma pratique de physiothérapie en orthopédie et en rhumatologie m’a permis de constater que la plupart des gens atteints d’arthrose devraient et pourraient être mieux traités en médecine générale, mais ce n’est malheureusement pas le cas. C’est donc pour cette raison que j’avais envie de partager avec vous les principales erreurs que plusieurs personnes commettent aux premiers symptômes d’arthrose du genou. 

Erreur #1 : attendre de passer des imageries ou de voir un spécialiste avant d’entreprendre une action

 

douleur au genou

 

Prenons un exemple typique : vous avez mal au genou, et surtout, vous avez de la difficulté à monter les escaliers et à plier le genou. Votre médecin de famille vous prescrit donc une imagerie (radiographie ou IRM), pour exclure toute autre pathologie qui puisse mimer l’arthrose.

Comme vous ne connaissez pas encore votre diagnostic exact, vous préférez attendre les résultats de votre imagerie. Vous revoyez plusieurs semaines après votre médecin de famille et il vous annonce votre diagnostic : arthrose du genou. Conclusion : vous êtes référé à un médecin spécialiste, soit un orthopédiste ou un rhumatologue. Encore une fois, vous êtes en attente pour consulter un de ces spécialistes avant d’entreprendre d’autres démarches. Vous rencontrez enfin l’orthopédiste, 6 mois plus tard, et il vous annonce que vous n’êtes pas candidat à la chirurgie. Il vous réfère à nouveau à votre médecin de famille. Et c’est seulement à ce moment, malheureusement, que vous vous retrouvez dans le bureau du physiothérapeute. J’exagère? Absolument pas.

 Ceci est la réalité de plusieurs de mes clients. Le temps d’attente pour les imageries et les références non pertinentes en chirurgie font en sorte que votre état se détériore, vos articulations sont de plus en plus raides, et maintenant, vous ressentez la douleur même à la marche.

Idéalement, votre médecin de famille devrait vous référer à un physiothérapeute dès le début du processus, parallèlement aux autres consultations si nécessaires. 

Votre physiothérapeute peut vous fournir des outils pour mieux comprendre votre arthrose et mieux gérer vos douleurs. Il peut également vous fournir des exercices pour prévenir l’atrophie musculaire, augmenter la mobilité articulaire et de continuer vos activités. Finalement, votre physiothérapeute vous aidera surtout à ne pas commettre l’erreur # 2! 

erreur #2 : arrêter tous les exercices

Combien de fois ai-je entendu cette phrase  : je commencerai mes exercices quand j’aurai moins mal.

exercices

Je peux vous comprendre, après tout, qui veut bouger dans la douleur?  Malheureusement (ou heureusement), l’exercice fait partie intégrante du traitement de l’arthrose. Maintenir une force musculaire suffisante autour de votre articulation est important pour diminuer l’enflure et la douleur et maintenir un niveau fonctionnel adéquat. Vous pouvez donc pratiquer des activités avec des faibles impacts, telles que la marche, le vélo ou les activités aquatiques. Ainsi, peu importe le stade de votre arthrose et de votre niveau d’activité, votre physiothérapeute sera en mesure de préparer un programme d’exercice sécuritaire pour améliorer la mobilité et la force de votre articulation.

La clé du succès? Les bons exercices, aux bons moments! 

erreur #3 : En faire un peu TROP!

 

bouger trop

Si le repos total est à éviter, en faire trop est également une erreur.  En d’autres termes : écoutez votre corps! Il faut s’assurer de trouver l’équilibre entre une activité d’intensité suffisante et un renforcement trop exigeant, qui risque de nuire à votre guérison. Alors, comment savoir si vous en avez trop fait? (ou si vous avez trop danser à l’Elvis la veille!)

  •  Si, pendant votre activité, votre douleur augmente de façon importante et qu’elle persiste même après avoir arrêté l’activité.

TRUC  : même si votre activité a augmenté légèrement votre douleur,  assurez-vous que cette nouvelle douleur s’atténue et revient à sa valeur initiale une fois que l’activité est terminée.

  •  Si votre douleur vous réveille la nuit (→ trop fait)

TRUC : mettez de la glace (et non de la chaleur) sur le genou de 15 à 20 minutes.

  • Si le lendemain, vous vous sentez plus raide. 

TRUC  : bougez votre articulation dans la limite de votre douleur. L’inactivité tout comme l’inflammation engendrent une raideur, d’où l’importance de trouver un juste milieu.

En évitant ces 3 erreurs les plus communes, vous serez en mesure de mieux gérer l’arthrose à long terme et de diminuer le risque que votre état se détériore dans le temps. 

Si vous voulez obtenir plus d’informations concernant l’arthrose, à savoir les facteurs de risques, le diagnostic et les traitements disponibles pour soulager l’arthrose cliquez ici

Connaissez-vous quelqu’un qui pourrait bénéficier de ces conseils? Partagez-lui cet article, c’est leur santé qui vous remerciera! 

Roula Karaziwan

Physiothérapeute et cofondatrice de Novophysio. Je partage mes conseils et outils pour vous garder en forme le plus longtemps possible!